1. Accueil
  2. Magazine
  3. Femmes et développement durable aux premières loges du guide MICHELIN 2019

Femmes et développement durable aux premières loges du guide MICHELIN 2019

Le
22/01/2019

Si la gastronomie ne sera jamais une science exacte, deux tendances se précisent, ces dernières années : la nécessité de préserver les ressources de notre planète, et la forte présence des femmes chefs.

La préservation des ressources naturelles. De nombreux chefs se trouvent en pointe de ce combat majeur, et déterminant pour notre avenir commun. Seule solution : s’inscrire dans un développement durable.

Cette dynamique passe par le locavorisme- consommer mieux, et au plus près -, les économies d’énergie, ou l’objectif « zéro déchet », avec notamment l’utilisation du compost, qui fertilise les jardins de chef. Pêche durable, circuits courts, partenariats avec les producteurs locaux, qui font vivre leur terre : tels sont les grands défis auxquels sont confrontés les chefs aujourd’hui. Tel est aussi le sens du Prix MICHELIN de la gastronomie durable, attribué à Christopher Coutanceau, chez le restaurant Christopher Coutanceau. . Autre bonne nouvelle : la gastronomie française se féminise, lentement mais sûrement. Outre Stéphanie Le Quellec qui accroche deux étoiles à son tablier, plusieurs chefs femmes voient leur talent récompensé d’une étoile. C’est le cas de Naöelle d'Hainaut à Pontoise (l'Or Q'idée), Julia Sedefdjian (ancienne des Fables de La Fontaine) à Baieta, Chiho Kanzaki chez Virtus, Camille Pailleau chez Rozo à Lille, mais encore Nolwenn Corre, à l’Hostellerie de la Pointe Saint-Mathieu, au Conquet ; Virginie Giboire au restaurant Racines à Rennes et Amélie Darvas à Vailhan (34), au restaurant Aponem… Une tendance qui devrait s’accentuer dans les années à venir.

Email