Les coulisses du Guide MICHELIN

Connaissez-vous (vraiment) le guide MICHELIN ?

On croit le connaître par cœur, le petit livre rouge étoilé. Pourtant, approximations et clichés sur le guide MICHELIN demeurent. Revue de détails, pas si anodins.

Hexagonal ?

Dès 1911, le guide MICHELIN couvrait toute l’Europe de l’Ouest. Il est aujourd’hui présent aux États-Unis, au Japon, en Chine… À la fois nationales et internationales, ses équipes portent un regard unique sur la gastronomie du monde entier.

Rien que des étoilés ?

Bien au contraire ! Les restaurants distingués d’une, deux ou trois étoiles représentent moins de 10 % des établissements sélectionnés par le guide – plus de 8 400 hôtels et restaurants dans l’édition France 2015, du palace au bistrot de quartier !

Le décor avant tout ?

Scoop : comme vous, les inspecteurs du guide MICHELIN vont au restaurant pour… bien manger ! Le décor peut avoir son importance (qui se plaindrait d’une terrasse face à la mer ?), mais le seul critère pour l’appréciation d’une table, c’est  « l’assiette, rien que l’assiette. » Au Japon, un bar à sushis en sous-sol a décroché trois étoiles !

Tradition ou avant-garde ?

La seule ligne éditoriale du guide MICHELIN, c’est la qualité, sans aucun parti pris pour un type particulier de cuisine. L’important est de bien manger, là où l’on se trouve ! Dans un quartier branché de Londres ou Stockholm, comme dans un village du Piémont ou des Ardennes, le guide est le reflet des territoires et des hommes qui les font vivre, chacun à leur manière.

Inspecteurs ?

Oui, on parle d’« inspecteurs » du guide MICHELIN, mais sans prétention aucune : au contraire, le terme s’est imposé avec humour, en raison de l’originalité du métier ! Les inspecteurs se distinguent surtout par leur discrétion et leur indépendance (ce sont tous des salariés de Michelin), au service des consommateurs.

Et l’avis des clients ?

Depuis l’origine, le guide MICHELIN est une formidable caisse de résonance pour faire entendre les avis des clients – et plus encore à l’heure d’Internet ! Cette correspondance est précieuse pour le travail des inspecteurs, mais attention : le dernier mot revient toujours à ces derniers, et seulement à eux. Car ils testent les établissements en professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, confrontent tous les avis et fondent leurs jugements sur la durée. Ce souci d’impartialité a permis au guide d’être reconnu comme une référence partout dans le monde.

Quels critères ?

Les critères d’appréciation du guide ont toujours été transparents et ils répondent à la même exigence dans tous les pays :
1. la qualité des produits
2. la maîtrise des cuissons et des saveurs
3. la personnalité du chef dans ses plats
4. le rapport qualité-prix
5. la constance de la prestation dans le temps
Le guide n’a jamais prétendu constituer une autorité exclusive : ses choix sont des recommandations sur une matière évidemment subjective – mais il est possible de distinguer le travail bien fait à l’aide de critères objectifs ! À chacun, ensuite, de faire son choix dans la sélection proposée, selon ses propres goûts et envies.

 

LES TITRES DE LA COLLECTION GUIDE MICHELIN

Le guide MICHELIN est aujourd’hui présent dans 24 pays.

Europe

Belgique België & Luxembourg 2015
Bib Gourmand Benelux 2015
Bonnes petites tables du guide MICHELIN 2015 (France)
Buenas mesas a menos de 35 euros 2015 (Espagne et Portugal)
Deutschland 2015
Eating out in pubs 2015 (Grande-Bretagne et Irlande)
España & Portugal 2015
France 2015
Great Britain & Ireland 2015
Italia 2015
London 2015
Main Cities of Europe 2015
Nederland Netherlands 2015
Nordic Cities 2015
Paris 2015
Suisse Schweiz Svizzera 2015

Amérique

Chicago 2015
New York City 2015
Rio de Janeiro & São Paulo 2015
San Francisco 2015
Asie

Hong Kong Macau 2015
Kyoto Osaka Kobe Nara 2015
Tokyo Yokohama Shonan 2015